Conservation préventive : les bons gestes

La dégradation progressive des objets archéologiques les plus sensibles est inévitable. Leurs matériaux constitutifs réagissent et s’altèrent avec le temps. Il est cependant possible de retarder ce phénomène. La conservation préventive est l’ensemble des dispositions destinées à ralentir la dégradation des biens culturels en agissant sur les facteurs d’altération. Le dialogue entre conservateur-restaurateur et archéologue est toutefois encore occasionnel, voire inexistant, soumis aux habitudes du métier, au manque de moyens ou d’intérêt des protagonistes. Force est donc de constater que les principes les plus simples ne sont toujours pas connus de la majorité des archéologues expérimentés comme des plus jeunes. Pour répondre à l’intérêt naissant des archéologues et de manière à anticiper des dommages irrémédiables sur les objets, il semblait nécessaire de donner des conseils simples, facilement applicables par les archéologues.

Ce texte réunit les pratiques minimales à adopter en conservation préventive et s’organise en quatre fiches, correspondant aux étapes principales du parcours des objets sous la responsabilité des opérateurs en archéologie :

  1. la mise au jour sur le terrain : Conservation préventive fiche n°1
  2. le traitement en post-fouille : Conservation préventive fiche n°2
  3. l’étude du mobilier : Conservation préventive fiche n°3
  4. la conservation sur le court et long terme : Conservation préventive fiche n°4

La conservation préventive concerne :

l’environnement de l’objet : climat (température, humidité), lumière, pollution (gaz, poussières), agents biologiques (insectes et micro-organismes)

la sécurité : dégradations accidentelles (inondation, incendie) ou volontaires (vol, vandalisme)

les actions subies par l’objet : traitements de nettoyage ou de consolidation, manipulations à l’occasion d’étude ou d’analyses, risques liés au transport et à l’exposition.

Le présent document ne peut se substituer au rôle incontournable des professionnels de la conservation-restauration du patrimoine (restaurateurs, chargés des collections, régisseurs…). Les objets fortement altérés et présentant un intérêt scientifique fort nécessitent évidemment l’intervention directe d’un conservateur-restaurateur. Cependant, des gestes simples peuvent être réalisés par les spécialistes du mobilier en contact régulier avec les objets, de leur découverte jusqu’à leurs nombreuses manipulations en cours d’études. En cas d’hésitation sur la manière de traiter le mobilier, à n’importe quelle étape de la chaine, la prise de contact avec un professionnel ou un spécialiste reste vivement recommandée. La bibliographie citée en annexe permettra à chacun d’approfondir ces quelques recommandations.

Conservation préventive bibliographie


Article rédigé par :

Anne-Laure BRIVES, Régisseur des collections Responsable scientifique, Service d’archéologie de Reims

– Agathe MULOT, Responsable des collections archéologiques, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan

– Vanina SUSINI, Archéologue, Service d’archéologie d’Aix-en-Provence

– Emilie THIVET, Responsable des collections, Service d’archéologie préventive de Besançon

Télécharger l’article complet paru dans les Nouvelles de l’Archéologie.